Rapports Regards sur les marchés de la Communication graphique

Photos

Le rapport « Regards sur les marchés de la Communication graphique » édition 2015 regroupe pour l’année donnée toutes les informations chiffrées et quantitatives sur l’activité du secteur et les dynamiques des différents marchés.

Édito

Le support papier connaît une révolution globale en termes d’usage. Dans ce contexte de mutation, les perspectives de la filière sont multiples. Les innovations technologiques envisageables sont nombreuses et les propriétés du papier évoluent (traçabilité, enrichissement des qualités intrinsèques…). De plus, les Français restent attachés au papier, véritable atout de communication dans un monde qui se digitalise. Ces différentes opportunités permettent d’envisager le renouvellement et l’avenir de la filière. La branche des Industries graphiques en France se distingue par son grand nombre de très petites entreprises. Même si la petite taille des entités est parfois un obstacle à l’investissement, elle peut être également un avantage. Les entreprises peuvent ainsi faire preuve d’une plus grande adaptabilité, mettre en oeuvre des stratégies de diversification et accompagner leurs salariés dans l’acquisition de nouvelles compétences. Autant de chantiers sur lesquels l’IDEP est présent et accompagne les entreprises.

La baisse de la production d’imprimés, constatée depuis plusieurs années, ralentit en 2014 (- 2,5 %). Dans un contexte économique peu porteur – le PIB français n’a augmenté que de 0,2 point selon l’INSEE -, tous les marchés ont connu des difficultés. Celles-ci ne sont pas propres à la France. Nos voisins européens tels que l’Allemagne, l’Espagne ou l’Italie connaissent également un recul des tonnages produits. Nous assistons à une diversification de nos partenaires commerciaux et nos échanges s’intensifient avec les pays d’Europe de l’Est. La production d’imprimés publicitaires, comme celle des catalogues, recule de 2 %. L’imprimé publicitaire joue un rôle important dans les campagnes « cross-media » et s’oriente vers plus de personnalisation. Ainsi, les tendances identifiées les années précédentes restent d’actualité : l’impression sur du papier de qualité, la gestion de base de données et la personnalisation des imprimés sont autant de nouvelles perspectives de développement pour la filière. La diffusion payée de périodiques connaît le repli le plus marqué (- 3 %). Ce marché est très dépendant des dépenses publicitaires des annonceurs qui diminuent de près de 8 % pour la presse en 2014. Certaines familles de titres résistent, tels que les magazines de vulgarisation scientifique ou de santé. La concurrence des médias numériques, citée comme l’un des facteurs principaux de la réduction des tirages imprimés, se manifeste seulement sur des segments particuliers du marché. La presse quotidienne, les magazines d’actualité font face à l’essor de ces médias et diversifient leurs supports. Le marché du livre tire cependant son épingle du jeu :sa production ne recule que de 1 %, dans un contexte de ralentissement de la consommation de biens culturels.

Ce rapport, par la mise en évidence des résultats clés de 2014 des différents marchés de la filière, participe à cerner les enjeux et les perspectives pour les années à venir. Nous vous en souhaitons une très bonne lecture.