Actualités économiques

Décembre 2017

France Pub, IREP et Kantar Média ont présenté les résultats du marché publicitaire pour les trois premiers trimestres 2017. Les recettes publicitaires nettes des médias (télévision, cinéma, radio, presse, publicité extérieure, courrier publicitaire, imprimés sans adresse) reculent de 3,2% par rapport à la même période l'an dernier. En 2016, à la même période, l'évolution était de -0,9%. 
Trois médias affichent une hausse : le cinéma (+11,7%), l'affichage digital (+15,5%) et shopping (+2,1%), l'imprimé sans adresse (+2,8%). Les recettes de la presse magazine reculent de 11,1% et celles de la presse gratuite de 5%. L'outdoor voit ses recettes diminuer de 7,6% quand celles du transport urbain sont stables (-0,2%). Le mailing est en baisse de 7,3%. 
Les secteurs qui investissent le plus sont la distribution (16,1%), l'automobile (9,6%), l'alimentation (8%) et le tourisme-restauration (8%).  La distribution (+7,2%), le tourisme-restauration (+8,8%) et les télécoms (+7,1%) renforcent leur investissement en publicité tandis que la beauté (12,4%), l'alimentation (-7,9%) et les boissons (-10,9%) les réduisent.

3 minutes sur France Inter : c'est le temps qu'il a fallu à Cyril Petit, rédacteur en chef du Journal du Dimanche, pour expliquer comment certaines rubriques des journaux locaux résistent encore et toujours à Facebook. Si beaucoup d'événements locaux sont parfaitement relayés par le réseau social, certaines pages sont sanctuarisées par les lecteurs. Pas touche, donc, aux pages météo, jeux et hippisme, à la nécrologie, aux programmes télé et à l'horoscope ! 

Novembre 2017

LSA, le magazine du commerce et de la consommation, consacre un dossier aux catalogues de Noël. Leur durée de vie, limitée, varie d'une enseigne à une autre. Celle de Géant Casino prend fin le 25 novembre quand certaines propositions du guide spécial Noël Kids de la Fnac sont valables jusqu'au 31 décembre. Généralement disponibles depuis le mois d'octobre, les offres courent en moyenne jusqu'au 6 décembre.  
Si la pagination moyenne est de 140 pages, on constate de grandes disparités entre les enseignes : le catalogue Intermarché compte 40 pages tandis que celui de Joué Club, "la bible du jouet à Noël", en contient 400. Les enseignes spécialisées éditent des catalogues plus épais que leurs consoeurs généralistes : 163 pages, en moyenne, contre 101. 
Plusieurs distributeurs misent sur la réalité augmentée : Auchan et Oxybul Eveil et jeux via une appli qu'il faut préalablement télécharger ; King Jouet et Joué Club via des QR codes
Carrefour et Géant Casino proposent consacrent quelques-unes de leurs pages à des produits disponibles exclusivement sur leurs enseignes d'e-commerce respectives, Rue du Commerce et Cdiscount.

Octobre 2017

Two Sides, une initiative internationale d’acteurs des industries graphiques, a mené une enquête d’envergure mondiale : 10 700 personnes, au sein de 10 pays (dont la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni), ont été interrogées quant à leurs préférences, leurs habitudes et leur attitude face au papier.
Au global, 72% des répondants plébiscitent le livre et le magazine en version papier, tandis qu’en France, 85% des sondés préfèrent lire un livre papier et 80% optent pour le magazine papier. La publicité n'est pas en reste. Au niveau mondial, le catalogue papier compte ainsi 63% d’aficionados.
Pour ce qui relève des documents transactionnels, l’ordinateur l’emporte partout excepté en France : 43% des Français préfèrent consulter leurs factures bancaires sur papier contre 21% sur ordinateur. De façon générale, 88% des sondés estiment qu’ils devraient avoir le droit de choisir le support des communications de leur banques et autres fournisseurs de service. 77% des répondants affirment même qu’ils ne devraient pas payer de surcoût pour le choix du papier.
Pour plus de chiffres, c’est par ici

Septembre 2017

France Pub, l'IREP et Kantar Media ont présenté leurs résultats conjoints pour le marché publicitaire au 1er semestre 2017. Dans l'ensemble, les recettes publicitaires ont stagné : +0,1% par rapport au 1er semestre 2016 pour 5 908 millions d'euros. Seuls les segments digitaux et les imprimés sans adresse (+3,2%) ont enregistré une croissance.
La presse (hors presse professionnelle) a beaucoup souffert, ce semestre, affichant une baisse de -8,3%. Les magazines sont particulièrement touchés (-10,6%). Le courrier publicitaire, c'est-à-dire les documents publicitaires adressés, connait également une diminution importante (-7,1%). A noter que la mesure donnée pour les ISA et le courrier publicitaire concerne les recettes de distribution. L'affichage est également en baisse (-4%)
Cependant, d'après les instituts, le second semestre devrait être orienté plus favorablement. D'une part, du fait d'un effet de base : le second semestre de l'année 2016 avait enregistré des résultats très bas. D'autre part, l'actualité politique du 1er semestre 2017 a pesé sur les recettes publicitaires de certains segments, notamment la presse. 

D’après les résultats communiqués par l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias (ACPM), de juin 2016 à juillet 2017, la diffusion de la presse payante française a baissé de 1,5% par rapport à la même période de l'année précédente. La diffusion France payée de la presse magazine a diminué de 2,2%. Celle de la presse professionnelle est stable (+0,3%).
ACPM rappelle que la presse papier et PDF peut se targuer de réunir 49,7 millions de lecteurs (soit 95% de la population française) chaque mois. 23 millions de Français (soit 44% de la population) liraient au moins un magazine chaque jour.
Les Français liraient en moyenne 5,6 titres différents. Le panier serait constitué à 77% de titres magazines et à 23% de quotidiens. A noter que les femmes seraient plus lectrices que les autres catégories recensées (urbains ou possesseurs de tablettes) avec en moyenne 6,1 titres à leur actif.
L’étude ONE 2016-2017 porte également sur les habitudes des Français. Ils consacreraient en moyenne 24 minutes à la lecture de la presse (papier et PDF). Un tiers des lectures auraient lieu hors du domicile. 

Août 2017

France Culture consacre le dernier numéro de son émission L'esprit public à l'économie des médias. Marc Endeweld (journaliste au sein du magazine Marianne), Béatrice Giblin (géographe, professeur à l'Institut Français de Géopolitique et directrice de la revue Hérodote), Sylvie Kauffmann (directrice éditoriale au journal Le Monde) et Thierry Pech (directeur général de la fondation Terra Nova) dissèquent ensemble l'évolution de la presse française. Pratiques et indépendance journalistiques, concurrence technologique, capacités industrielles ou encore fermeture des kiosques sont analysées par ces spécialistes des médias pendant 59 minutes. 

Juillet 2017

Les éditeurs de presse ont décidé de faire front contre Google et Facebook, les deux géants du numérique qui drainent 20% des dépenses publicitaires mondiales. Quatre éditeurs – le Groupe Les Echos, Lagardère Active, SoLocal et SFR – ont décidé de former une alliance baptisée « Gravity ». Celle-ci recouvre la mise en commun de leurs espaces publicitaires ainsi qu’un partage de data. A leur tour, les groupes Le Figaro et Le Monde ont annoncé qu’ils allaient commercialiser leurs espaces publicitaires les plus recherchés par le biais d’une alliance baptisée Skyline.  

Juin 2017

Le Syndicat National de l'Edition (SNE) a publié sa synthèse annuelle des chiffres de l'édition en 2016. Le chiffre d'affaires des éditeurs affiche une progression de 4,25%. Celle-ci est principalement due à la croissance de l'édition scolaire (+39% pour 404 millions d'euros). Hors scolaire, le chiffre d'affaires a crû de 0,1%. En 2016, 434,5 millions d'ouvrages ont été vendus (+4,1%). Hors scolaire, le SNE en décompte 373,8 millions (+2,5%). 
La littérature, premier segment en valeur (environ 1/5ème des parts de marché) connait une baisse de 3,9%. Ce serait notamment lié à l'absence de "locomotives" cette année. Les sciences humaines et sociales (375 millions d'euros de CA, 3ème segment du secteur, après le scolaire) connaissent une croissance de 2,2%. Les livres jeunesse et pratiques sont également en progression, respectivement 5,2% et 5,5%. 
Le format livre de poche confirme son dynamisme avec +8% en chiffre d'affaires et +5,1% en nombre d'exemplaires vendus. 

Lors de la conférence Digiworld Future, qui s'est tenue le 6 juin à Paris, Alain Weill, Directeur Général de SFR Media, a estimé que "si demain on peut diffuser des informations d'aussi bonne qualité en se passant de papier, finalement pour les entreprises de presse, ce n'est pas plus mal." S'il a depuis tempéré ses propos en rappelant que "l'essentiel des recettes est généré par le papier", la déclaration a néanmoins ému l'ensemble de la presse traditionnelle. 
Suite à cette déclaration, Francis Morel a été invité dans L'Instant M, une émission de France inter animée par Sonia Devillers, pour discuter de l'avenir de la presse papier. "Si je supprime l'impression papier, je ne peux pas faire vivre mon journal, ma marque de presse" affirme le PDG du groupe Les Echos. Pour lui, "ce qui est vertueux, c'est d'avoir les deux", une édition digitale pour augmenter l'audience, une édition papier qui demeure le vrai lien avec les lecteurs. 
Plaisir de feuilleter, marchands de journaux et marge... Plusieurs aspects primordiaux de la presse papier sont abordés dans cette émission d'une vingtaine de minutes

Mai 2017


Après SFR, c'est Bouygues Télécom qui se lance dans l'aventure du kiosque numérique. A partir du 29 mai, ses abonnés se verront proposer l'offre suivante : la lecture illimitée de plus de 1 000 titres de presse pendant 12 mois. Associé à LeKiosk, le groupe télécom mise sur l'exhaustivité, quand SFR Presse ne propose qu'une soixantaine de titres. Si la liste n'a pas été encore officiellement dévoilée, on sait déjà qu'elle comprendra Le Parisien, Le Figaro, Sud Ouest ou encore les titres de Lagardère. 

Avril 2017

De l'avis général, les années d'élection sont rarement favorables à l'édition, les lecteurs potentiels se concentrant sur l'actualité médiatique plutôt que littéraire. Mais cette année, même les livres politiques, qui constituent normalement "une aubaine" lors d'une année électorale, n'ont pas rattrapé la dynamique négative. Le Monde qualifie ainsi les ventes de ces ouvrages comme "erratiques". Sur la quarantaine proposée, seule une poignée a séduit les lecteurs. Pour Olivier Frébourg, dirigeant des Editions des Equateurs interrogé par le quotidien, "La “BFMisation” des esprits a joué à plein, et les spectateurs sont restés scotchés devant leur télévision. Ce qui a contribué à vider les librairies."

Mars 2017

Europe 1 revient sur l'aventure des journaux gratuits : depuis leur création en fanfare, avec un modèle économique novateur au début des années 2000, jusqu'au dernier journal imprimé de Metronews en juillet 2015, en passant par la remise en question de leur qualité rédactionnelle et leur indépendance. Pour Europe 1, les journaux gratuits ont réussi à conquérir un lectorat populaire auquel ne s'adressaient plus les journaux traditionnels, mais le modèle économique est devenu très risqué du fait de la concurrence des médias sur internet, dont beaucoup de contenus sont, eux aussi, gratuits

Février 2017

L'organisation des producteurs européens des industries papetières (CEPI) a publié ses chiffres pour l'année 2016, relayés par Graphiline ici, ici et ici. Si la production mondiale a augmenté de 0,8%, celle des membres du CEPI (23% de la production mondiale) demeure stable : -0,1% pour environ 91 millions de tonnes
Ce chiffre masque des réalités disparates selon les secteurs : -2,3% pour les produits d'emballage ; -3,7% pour les papiers graphiques ; +1,8% pour les produits d'hygiène
Sur les trois premiers trimestres de l'année 2016, les importations de papier et de carton auraient augmenté d'environ 6% par rapport à la même période en 2015 tandis que les exportations auraient chuté de -2,9%

Caractère rapporte les résultats de l'étude Livres Hebdo/I+C : en 2016, le marché du livre est resté stable, en valeur comme en volume. Néanmoins, l'année a connu des ventes en dents de scie, tirées par quelques locomotives comme le dernier J. K. Rowling. Les grandes surfaces culturelles affichent un certain dynamisme (+2,6%) quand les ventes en hypermarché plongent (-5,3%). Trois secteurs connaissent la croissance : la jeunesse (+4,5%), le poche (+1,5%) et les essais (+1,5%), contre sept en 2015. La production éditoriale augmente encore légèrement cette année (+1,5%). 


Janvier 2017

De la Dordogne à Tourcoing, la carte papier demeure un moyen privilégié d’adresser ses vœux (et d’autres bonnes nouvelles). D’après un sondage TNS Sofres, près d’un Français sur deux compte envoyer une carte de vœu papier cette année. « Jeunes et moins jeunes, tout le monde en achète » affirme une libraire périgourdine.
D’après Bruno Stecyk, le patron d’Afie Diffusion (une entreprise roncquoise qui crée et édite des cartes) interviewé par Nordéclair, on attend aujourd’hui beaucoup plus des cartes papier, car elles ne constituent plus l’unique moyen de communiquer. Elles se font plus design, plus sophistiquées, collant à la valeur qu’on leur donne a priori : «  Une carte n’a pas du tout la même valeur qu’un SMS ou un mail. Le récipiendaire estime que l’expéditeur a pris du temps pour choisir, écrire et poster cette carte. »
Mais ces produits travaillés, personnalisés, moins saisonniers (les cartes de vœux représentent désormais 50% du chiffre d’affaires d’Afie contre 80% il y a quelques années) et moins massifiés nécessitent un renouvellement et un approvisionnement rapides. C’est pourquoi Afie Diffusion souhaite faire fabriquer ses cartes localement. D’autant que d’après son patron, la mention « Made in France » pourrait bien devenir un critère d’achat décisif

Décembre 2016

Si, avec le rachat du groupe Cerise en 2016, Prisma Media a réalisé le plus gros investissement de son histoire dans le numérique, le print n'est pas en reste. D'après Graphiline, le président du "numéro 1 de la presse magazine en France", Rolf Heinz, a annoncé la création de quatre nouveaux magazines print, "avec de nouvelles marques médias", dont deux pourraient être lancés dès 2017. 
En revanche, Condé Nast a renoncé à lancer une version française du magazine Wired. Xavier Romatet, PDG du groupe en France, a expliqué à Libération que "le marché français [n'était] pas suffisant, à la fois au niveau du nombre de lecteurs que pourrait avoir une telle publication et du point de vue publicitaire".
Concernant la publicité, Xavier Romatet observe que les grands annonceurs traditionnels (luxe, automobile, etc.) " se recentrent sur des marques en adéquation avec leurs environnements naturels" alors que les annonceurs axés sur les nouvelles technologies investissent plutôt dans le numérique. Le magazine se serait donc trouvé dans "un angle mort publicitaire". Pour ce qui relève des lecteurs, les thématiques traitées par Wired seraient déjà abordées par un bon nombre de titres de presse tandis que ses codes graphiques auraient pu déconcerter le lectorat français


Novembre 2016


"L’allergie à la pub sur Internet s’affirme" titre Le Monde
. La branche française de l'Interactive Advertising Bureau (IAB) a commandé une enquête à l'institut de sondage Ipsos afin d'en savoir plus sur les habitudes des Français en matière d'adblockers. Il s'avère que le nombre d'internautes munis d'un adblocker a augmenté de +20% ces dix derniers mois : 36% des sondés utilisent ainsi un bloqueur de publicité. 
Si les jeunes ont largement recours à ce genre d'outil, c'est la catégorie d'âge des 60 ans et plus qui connait la plus forte progression : +30% depuis janvier 2016 (26% d'entre eux sont aujourd'hui équipés). 70% des adeptes du blocage ont muni leur ordinateur portable d'un adblocker, 53% leur ordinateur de bureau, quand seulement 13% ont équipé leur mobile et 12% leur tablette. 
Les motifs de blocage sont divers, parmi lesquels on trouve : l'agacement lié à la répétition des publicités à la suite d'une recherche web (50%), le souhait "des formats moins invasifs" (40%), d'une "meilleure contextualisation" (37%), de plus d'originalité (28%). 
De plus, 88 % des personnes sondées se déclarent "dérangées et inquiètes de l’utilisation de leurs données personnelles par des entreprises privées".

D'après Les Echos, SFR pourrait se séparer d'une partie de ses titres de presse, actuellement au nombre de 25. Michel Combes, directeur général d'Altice, a évoqué la réorganisation du "portefeuille de journaux tant par des acquisitions que des cessions". Si L'Express ou Libération devraient rester dans le giron du groupe, des magazines rentables comme L'Etudiant ou Point de vue pourraient intéresser de potentiels acheteurs, tel que Le Figaro.
D'autres titres pourraient tout simplement disparaître. Une fusion entre l'Express et l'Expansion, "en chute libre" depuis 2015, va par exemple être proposée au comité d'entreprise à la fin du mois. La marque l'Expansion ainsi que La Lettre de l'Expansion devraient néanmoins être conservées.  
Selon Les Echos, cette "remise à plat" n'est pas une remise en question de la "logique de convergence et d'intégration verticale" poursuivie par Patrick Drahi, qui se concentre sur l'audiovisuel. La stratégie du kiosque de presse numérique n'est pas forcément abandonnée. D'après un expert du secteur, « il n'est pas nécessaire de posséder les titres pour les distribuer ».

Livres Hebdo rapporte que le marché du livre québecois se redresse en 2016, pour la première fois depuis six ans. D'après l'OCCQ (l'Observatoire de la culture et des communications du Québec), les ventes de livres au Québec ont progressé de +0,2% (CA) à la fin août : le marché représente 374 millions de dollars canadiens, soit 261 millions d'euros. Les librairies connaissent la plus forte progression (+6%) quand les chaînes et les réseaux de grande diffusion observent une baisse de l'activité (respectivement -2,7% et -4,9%).
D'après les données du système Gaspard de la Banque de titres en langue française (BTLF), les ventes réalisées par les librairies indépendantes affichent une hausse de +4,9% sur les 10 premiers mois de 2016, par rapport à la même période de l'année précédente, notamment grâce aux segments jeunesse (+10,4%) et bande dessinée (+6,3%). Le segment littérature a, lui, progressé de +2,1%.
La "redynamisation" du marché serait notamment liée à un plan de soutien à la librairie de 12 millions de dollars canadiens, soit 8,4 millions d'euros, mis en oeuvre par le gouvernement québecois il y a bientôt deux ans. Christian Chevrier, directeur général d'Hachette Canada, indique d'ailleurs qu'un nouveau plan serait "en gestation"


Octobre 2016

A l'approche des fêtes, le catalogue a toujours la cote. Franck Mathais, de la Grande Récré, affirme au Figaro qu'il s'agit du "livre de chevet des enfants" et "le point de départ de la liste de cadeaux au Père Noël". JouéClub comme la Grande Récré, deux poids lourds du secteur, ont tiré leurs catalogues de plusieurs centaines de pages à 12 millions d'exemplaires pour le premier et 10 millions pour le second. Pour sécuriser un taux de conversion déjà "relativement important" (dixit Alain Bourgeois-Muller, PDG de JouéClub), les distributeurs soignent le service (réservation, drive) et tablent sur le multicanal

La journée de rencontres de l'UNFEA (l'Union nationale des fabricants d'étiquettes adhésives) rassemble chaque année les acteurs de la filière. Caractère en a rapporté les principales conclusions. A noter que le marché se consolide (la part des principaux acteurs augmente tandis que le nombre d'entreprises baisse) et que le secteur affiche une croissance de près de 4% en 2015.  

Au Canada, Lise Ravary défend l'idée que le magazine est loin d'être mort. Elle en veut pour preuve l'engouement d'Adweek, la bible des publicitaires, pour certains titres, tels que Vanity Fair, New York ou encore Men's Fitness. L'ex rédactrice en chef du féminin Châtelaine affirme également que c'est encore "le papier qui tire le traineau", rappelant au passage le résultat d'une étude récente : au Canada, 93% des jeunes de 18 à 24 ans préfèrent lire un magazine papier

Septembre 2016


Les Echos rapportent que le marché du livre accuse un léger fléchissement au 1er semestre 2016. D'après GfK, le chiffre d'affaire aurait baissé de 1,8%. Selon Sébastien Rouault, directeur du panel livre de l'institut d'études, l'année 2015 aurait bénéficié des ventes très importantes des "locomotives", tels que les romans de Michel Houellebecq, Fred Vargas ou encore Virginie Despentes.
Qui plus est, après les attentats de Charlie Hebdo, aller en librairie, sortir, représentait une "forme de résistance", tandis qu'aujourd'hui les libraires apparaissent comme des "cibles potentielles" ce qui a conduit à une baisse de la fréquentation depuis le 13 novembre. 
Pour Vincent Monadé, président du CNL (Centre National du Livre), la rentrée littéraire a eu lieu beaucoup trop tôt, la véritable rentrée ayant lieu à la mi-septembre, et non en août. Si réaliser une croissance similaire à celle de l'an dernier parait difficile à Sébastien Rouault, ce dernier estime néanmoins que "le dernier trimestre, qui représente un tiers des ventes de l'année, sera déterminant", car "sur le seul mois de décembre, l'édition réalise de 16  % à 17 % de son chiffre d'affaires". D'autant que les prix littéraires, qui démultiplient les ventes, sont encore à venir. 

Certains catalogues ne se démodent jamais. Ainsi du catalogue Ikea, dont l'édition 2017 a été distribuée à 211 millions d'exemplaires ! Enrichi de contenus mettant l'accent sur l'univers et les modes de vie Ikea, connecté grâce à une appli, le volumineux catalogue (326 pages) se met, qui plus est, au goût du jour. Plus d'infos sur Graphiline

Le ministère de l'économie aurait inscrit dans son projet de loi des finances 2017 la dématérialisation des professions de foi des candidats aux prochaines élections présidentielles et législatives. Le rapport présenté par Bercy estime l'économie occasionnée par la suppression des tracts politiques à 150 millions d'euros. Le journal Les Echos rappelle néanmoins qu'une mesure similaire a été présentée et rejetée par des "parlementaires de tous bords" en 2014 et en 2015

Le PewResearchCenter a dévoilé les chiffres de son étude, relayés par ID Boox, sur la lecture aux Etats-Unis et celui-ci révèle que les lecteurs, nombreux, préfèrent le livre papier au livre numérique. Ainsi, 65% des américains ont lu un livre papier au cours de l’année, tandis qu'ils sont 28% à avoir lu un ebook et 14% à avoir écouté un livre audio. 40% d'entre eux n’ont lu que des livres imprimés alors qu'ils ne sont que 6% à n'avoir lu qu'un livre numérique. 

Le décret du 5 juillet 2016 a étendu la contribution au recyclage du papier aux publications de presse. Celles-ci peuvent néanmoins payer la contribution sous forme de "prestations en nature", c'est-à-dire sous forme d'encarts destinés à promouvoir le tri et le recyclage. Pour cela, quatre critères sont à respecter. Chaque critère, recensé par Graphiline, permettant de payer un quart de la contribution sous cette forme :
- le papier sur lequel est imprimé la publication est recyclé ou issu de forêts durablement gérées
- la publication ne contient pas plus d'un élément perturbateur du recyclage
- le cumul des distances entre la papèterie, l'imprimerie et le centre principal de diffusion est inférieur à 1 500 kilomètres
- la mention des informations relative aux caractéristiques environnementales de la publication


Août 2016


Graphiline
fait le point sur les trois changements des aides à la presse entérinés par le décret du samedi 27 août 2016 : la création du fonds de soutien à l'émergence et à l'innovation qui doit aider au développement des nouveaux titres (bourses, formations, structures d'hébergements, etc.)  ; la hausse et l'élargissement du Fonds stratégique pour le développement de la presse (les titres en ligne ainsi que tous les IPG, toutes périodicités confondues, sont désormais concernés) ; la généralisation des aides au niveau local (la presse locale IPG peut bénéficier des deux fonds susmentionnés). 

Juillet 2016

Une carte Michelin vendue toutes les six secondes !
Les cartes papiers semblent résister à l’assaut du numérique et des GPS. Chaque année, en France, 6 millions de cartes routières seraient vendues par l’éditeur Michelin. La carte routière demeurerait indispensable au conducteur, même si ce dernier possède un GPS : d’après Décision Atelier, 8 possesseurs de GPS sur 10 possèderaient ainsi une carte routière.

Le site de vente de voyage en ligne Opodo a livré les résultats de son enquête sur les habitudes de lecture estivales des Européens, pour la quatrième année consécutive. Plus de 15 000 répondants pour 4 pays : la France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Allemagne. Parmi les conclusions délivrées sous forme d’infographie, quelques points ont été relevés : il y a toujours plus de lecteurs de livres papier (60%) que de lecteurs sur écran (40%) ; les lecteurs favorisent, dans l'ordre : les livres, les magazines, les journaux, puis les guides de voyage ; la plupart des Britanniques et des Italiens achètent leurs livres en ligne, tandis que les Allemands et les Français préfèrent se rendre dans les librairies locales.


Juin 2016


La publicité a trouvé une nouvelle fenêtre de tir… dans les vitrines des magasins. « Sous-exploitées », elles pourraient désormais abriter des campagnes de communication géographiquement très ciblées grâce à des intermédiaires tels que Message in a Window - une plateforme qui permet aux commerçants de louer leur vitrine à des annonceurs. Les Echos qualifie cette pratique, à mi-chemin entre l’affichage traditionnel et la PLV, de « communication croisée et affinitaire », valorisant tant le commerce qui l’accueille que la marque qui la déploie.

Le département du travail étatsunien a révélé que la moitié des emplois que comptait la presse papier aux Etats-Unis, soit environ 320 000, a disparu ces quinze dernières années quand la presse digitale n’en aurait créé que 170 000. Si les journalistes ont compté parmi les premières victimes, « de nombreux métiers ont souffert, voire disparu, notamment dans la mise en page et l'impression ». La Newspaper Assocation of America estime dans le même temps que les revenus publicitaires du papier sont au plus bas depuis 1980 et devraient encore baisser en 2016. Cette baisse est liée au déplacement de la publicité vers le digital, mais à un coût moindre : en 2014, la publicité en ligne ne représentait que 21% des revenus.

La personnalisation a le vent en poupe. Les grandes enseignes du retail invitent désormais leurs clients à personnaliser les produits qu’ils viennent d’acheter : Carrefour a créé des corners MyDesign, en joint-venture avec la société d’impression à la demande Images Corp ; les Magasins U ont ouvert « Ma boutique » début 2015 ; six magasins E.Leclerc proposent un corner L’Styl ; Auchan a conçu L’Atelier, autour de la personnalisation photo ; Leroy-Merlin installe des fablabs où on personnalise jusqu’à la création de l’objet ; la Fnac a lancé un Fabstore centré sur la photo également. Les enseignes semblent toutes se prévaloir de bons démarrages. Jean-Christophe Miège (Fnac) évoque ainsi « une vraie appétence des clients ». Les corners MyDesign (Carrefour) exploreraient de nouvelles pistes, telles que l’impression à la demande.

L’étude annuelle Global Entertainment & Media Outlook du cabinet d’audit et de conseil PwC vient de livrer ses perspectives pour 2020. Selon elle, l’industrie de l’industrie des médias et des loisirs (édition, internet, télévision, cinéma, musique et jeux vidéo) devrait connaître une croissance de l’ordre de 4,4% dans le monde et de 2,8% par an en France. Elle serait notamment portée par la publicité en ligne (11,8% de croissance par an d’ici 2020)
Le marché de l’édition devrait afficher un recul modéré (-0,6% par an). D’après PwC, c’est l’édition grand public (-1,9%) et scolaire (-1%) qui devraient connaitre les baisses les plus importantes.
La presse magazine connaitrait le même sort avec une baisse de 0,6%, les jeunes lecteurs privilégiant les contenus digitaux gratuits. Le cabinet estime la baisse des revenus de la presse quotidienne à 3,6% par an, du fait de la baisse continue de la diffusion.

Mai 2016

La tentation de l’emballage unique se confirme. Après Coca-Cola, c’est Plaimont Producteurs qui s’y met, avec sa cuvée Colombelle Rosé Collector et pas moins de 50 000 bouteilles ornées d’une étiquette différente.

Le sixième baromètre des usages du livre numérique, commandé par la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (SOFIA), le syndicat national de l’édition (SNE) et la Société des gens de lettres (SGDL), révèle que si le nombre de lecteurs de livres numériques augmente légèrement (+2%), le nombre de livres numériques achetés par personne et le montant dépensé chaque année diminuent.

Au Royaume-Uni, le marché de l’édition – qui comprend également les revues - affiche une croissance de 1,3%. La vente des livres papiers augmente tandis que la vente des livres numérique est en baisse, pour la première fois depuis 7 ans. L’ebook a perdu 1,6% par rapport à 2014, une diminution peut-être entrainée par la hausse des prix de vente des livres numériques. Le directeur de la Publishers Association estime que "l'amour du Royaume-Uni pour la chose imprimée est encore loin d'être terminé".
En revanche, les journaux imprimés d'outre-Manche ne se portent pas bien. D'après Les Echos, l'affaissement de la publicité sur le print, relatif au transfert du budget des annonceurs vers le digital, est la principale cause des difficultés de la presse anglaise. Cependant, la popularité d'internet et de la vente en ligne propre aux pays anglo-saxons viendrait les accentuer : la diffusion des journaux nationaux aurait chuté d'un tiers en l'espace de cinq ans.  

Les Mooks sont ces ouvrages, très à la mode depuis quelques années, qui combinent magazines et livres (d’où leur nom : une contraction de magazine et book en anglais). Généralement disponibles en librairie, privilégiant les reportages au long cours et les photos de qualité, ce sont de beaux objets qui trouvent leur place dans la bibliothèque du lecteur. 20 minutes fait le point sur ces revues qui ont fleuri suite au succès de la revue XXI et qui représentent des paris risqués et coûteux, mais parfois payants

Un article du Monde.fr revient sur la « surprenante » complémentarité entre le catalogue et la vente en ligne. Aux Etats-Unis, des marques de luxe redécouvrent ainsi le pouvoir du catalogue, comme vitrine de la marque sur papier glacé, conduisant à l’acte d’achat en ligne. Pour ce faire, le catalogue s’est vu modernisé. Matthew Hiscock, directeur du marketing global chez Boden, explique : « Nous innovons grâce à la segmentation, la personnalisation, la taille et la fréquence de nos catalogues afin de mieux nous adapter aux nouveaux rythmes de notre clientèle. Pour nous l’essentiel est d’avoir une vision d’ensemble du client et nous avons développé une base de données très sophistiquée qui recroise les données d’achat avec nos données de surveillance comportementale et cela nous aide à comprendre les habitudes de nos consommateurs. Et c’est ce qui nous permet de rendre nos catalogues papier et nos activités en ligne encore plus performants ».

Avril 2016

Du catalogue au magalogue, en passant par le mailing et le magazine, le papier se réinvente et se fait plus complémentaire. D'après l'article [Tendance] Le papier tient le haut de l'affiche, il demeure un support marketing incontournable. E-marketing.fr rappelle à cette occasion que, selon l'étude BALmétrie 2015, 70% des Français de plus de 15 ans lisent un ­imprimé ­ publicitaire chaque semaine

L'Union française des industries des cartons, papiers et celluloses (Copacel) a présenté un bilan économique pour l'année 2015, rapporté par Graphiline.com : ralentissement des importations de papiers cartons (-1,3%) et baisse des exportations (-1,9%). L'Allemagne est le principal partenaire européen : sa part représente 24% des importations et 26% des exportations.

"Faceswap toi avec les héros de Netflix" scandaient les affiches parisiennes. En mêlant appli à la mode et affichage traditionnel, la campagne de publicité du service de VOD Netflix a montré un bel exemple de complémentarité entre papier et digital, pour le plus grand bonheur des passants qui ont partagé leurs faceswaps sur les réseaux sociaux.

Mars 2016

Journaux et magazines, tiraillés entre web et papier

Samedi 26 mars, paraitra le dernier exemplaire papier de The Independent. Emblématique de la crise mondiale que traverse la presse, la diffusion du quotidien britannique est passée de plus de 400 000 exemplaires dans les années 1980, à moins de 50 000 dans les années 2010. Le journal va désormais passer, édition hebdomadaire comprise, au tout numérique. Pour Brian Cathcart, dont le propos est relayé par Libération, cette disparition est symptomatique d’une « tendance inéluctable ».

Plus un quotidien papier d'ici dix ans ?

Il est vrai qu’à travers le monde, plusieurs quotidiens et magazines ont abandonné leur version papier. Aux Etats-Unis, le Christian Science Monitor fut le premier à sauter le pas, en 2008. S’en sont suivis Newsweek, The Onion, le National Journal ou encore des magazines spécialisés tels que Penthouse ou American Photo Magazine. D’après une enquête menée par le cabinet américain Borell auprès de 300 professionnels des médias et de la publicité, 68% d’entre eux pensent que « plus un quotidien ne publiera une édition papier tous les jours de la semaine d’ici dix ans ».

Si les Etats-Unis ouvrent la marche, la tendance se confirme ailleurs dans le monde. Au Canada, La Presse publiait sa dernière quotienne papier le 31 décembre 2015, l’édition papier du samedi étant conservée. Au Portugal, c’est le Diario Economico qui met fin à la version papier, espérant malgré tout qu’il ne s’agisse là que d’une « suspension temporaire ». Le quotidien espagnol El País a également annoncé une conversion prochaine au tout numérique. 

En décembre 2011, France Soir avait cessé de paraître, poussant Le Monde à se demander s’il fallait « pointer une avarie de plus sur la coque d'une presse écrite qui, depuis quelques années, a les allures d'un navire qui prend l'eau de toutes parts ». Depuis, La Tribune, en 2012, et Metronews, en 2015, ont également arrêté leur version papier. A noter que La Tribune a, tout comme La Presse, conservé une édition hebdomadaire papier.

De nouveaux-venus adoptent pourtant le papier

Pourtant, de nouveaux passagers montent à bord. En France, Society a conquis 50 000 lecteurs en l’espace d’un an, en misant sur la patte éditoriale et les articles de fond. L’équipe du 13 du mois, le magazine indépendant du 13ème arrondissement de Paris, a créé Soixante-Quinze dont la première édition sortira le 30 mars 2016. Le mensuel parisien comptera cent pages et sera distribué dans les kiosques d’Île-de-France. Lui aussi tablera sur un contenu de qualité au format long.

En février 2016, c’est un nouveau quotidien qui est sorti sur papier : Le Progrès Social. Vendu uniquement sur abonnement, le quotidien « à la gauche de la gauche » compte 4 pages et serait vendu en kiosque s’il dépasse les 4 000 abonnés. Le pari semble audacieux mais un collaborateur, Julien Gonthier, explique ce choix : « en ce qui concerne la presse, le papier nous semble indispensable pour une raison très simple : un journal papier, ça se transmet de main en main. C’est donc plus propice à l’échange. »

Au Royaume-Uni, alors même que The Independent fait le choix du tout numérique, un quotidien voit le jour uniquement sur papier. The New Day, qui se veut optimiste et politiquement neutre, a été lancé lundi 8 février avec 2 millions d’exemplaires. Parmi les nouveaux passagers, citons aussi  ceux qui avaient fui le navire et qui sont remontés dessus, tel Newsweek qui, dès 2014, ressort sur papier, dans une version haut de gamme.

L’issue potentielle, qu’examine Sciences et Avenir, est peut-être la troisième voie, fondée sur la complémentarité : une version papier hebdomadaire ou mensuelle, fournie, soignée tant sur la forme que sur le fond, et une actualité « chaude » à laquelle le format numérique correspond bien, « le site devenant le lieu de l'actualité immédiate et le papier encore plus résolument celui de l'analyse, du décryptage ».

Quel avenir pour le livre made in France ?

Vendredi 18 mars, le billet économique de France Culture a porté sur la production de livres en France. S'appuyant sur le rapport de la Direction Générale des Entreprises et de l'UNIIC intitulé "Imprimer en France : l'avenir de la filière livre", Marie Viennot est revenue sur la concurrence internationale, le coût du travail ou encore les impératifs écologiques qui travaillent le secteur. Conclusion ? Malgré les menaces diverses qui pèsent sur lui, le livre made in France tient bon. 

Les éditeurs de presse voudraient bloquer les bloqueurs de publicité

Au mois d’août 2015, les premiers chiffres relatifs aux bloqueurs de publicité étaient tombés : 198 millions d’internautes utilisaient un adblocker et la perte, côté éditeurs, se chiffrait à 22 milliards de dollars pour l’année écoulée

L’Interactive Advertising Bureau (IAB), une organisation regroupant les acteurs de la publicité sur Internet, professa alors son mea culpa : les publicitaires étaient allés trop loin, entrainant une dégradation de l’expérience utilisateur et coûtant la loyauté d’un certain nombre d’internautes. Par leurs excès, ils avaient poussé les usagers à recourir à des bloqueurs de publicité.

En Allemagne, la riposte s’est engagée dès le mois d’octobre quand Axel Springer a interdit aux internautes utilisant un adblocker l’accès au site Bild.de, à moins de payer 2,99€/mois pour accéder à un contenu sans publicité. 

En France, elle fut plus tardive, puisqu’il a fallu attendre le printemps de l’année 2016 pour que de grands éditeurs dédient une semaine à l’utilisation des adblocks. Initiée par le Geste (le Groupement des éditeurs de service en ligne), l’opération devrait sensibiliser les internautes au fonctionnement de la presse en ligne gratuite, rendue possible par la publicité.

Le journal du net rapporte les différentes stratégies adoptées par les éditeurs participant à la semaine anti-adblockers, de l’humour (20 Minutes) au matraquage (la Tribune) en passant par l’appel à la raison (le Monde). L’initiative a-t-elle été inspirée par le succès de Bilde.de (-70% d’internautes utilisant un adblocker pour +10% de ventes d’impressions publicitaires) ou pressée par les résultats d’un récent sondage Ipsos

L’enquête, commandée par l’IAB, révèle ainsi que 30% des Français sont équipés d’un bloqueur de publicité. Pour justifier cette utilisation, 85% d’entre eux évoquent la perturbation de la navigation quand 71% jugent la publicité « de plus en plus énervante », 66% « de plus en plus présente » et 61% « de plus en plus répétitive ». 

Pour Emmanuel Macron, « L'imprimerie reste un métier d'avenir »

Lundi 21 mars 2016, Emmanuel Macron s'est rendu à l'imprimerie Corlet, dans le Calvados. Après cette visite, il a déclaré que « l'imprimerie [restait] un métier d'avenir », « à condition d'innover ». Pour le ministre de l'Économie, l'avenir passe notamment par la « production rapide de formats extrêmement ciblés » et l'invention de « nouveaux usages ». 

Le papier demeure une bonne publicité (et il a de l'avenir)

Si on a pu annoncer son déclin, voire sa mort, le papier est aujourd’hui loué pour sa complémentarité dans le cadre d’une stratégie omnicanale. Sur E-marketing.fr, Rob Norman, Chief Digital Officer chez GroupM, rappelle « le rapport physique et concret […] cher aux consommateurs » et surtout « la manne financière » qu’il constitue pour le commerce de proximité, et qu’il conviendrait de valoriser, notamment par le biais de sa digitalisation. Le spécialiste marketing estime que « le courrier papier a encore de beaux jours devant lui », évoquant même l’embellie que connait la distribution de catalogues aux Etats-Unis.

Les catalogues français auront-ils ce privilège ? Nord Eclair souligne sa popularité auprès de la clientèle des grandes marques de vente par correspondance. Tantôt « élément de prestige » ou « madeleine de Proust », tantôt simple chaînon d'une chaîne marketing, il est demeuré indispensable, même s’il ne présente que peu de gains directs (2 à 3% des ventes pour La Redoute) et qu’il doit impérativement se réinventer. Les catalogues de La Redoute et Blancheporte ont, par exemple, subi une sacrée cure d’amincissement, passant ainsi de 1 000 à 400 pages.

De même, les 3 Suisses ont mis fin à la distribution de leur célèbre big book, avant d’y revenir un an plus tard avec un catalogue plus light, une partie de la clientèle se révélant plus sensible au papier qu’à l’écran. Les enseignes continuent donc à privilégier ce médium traditionnel, la boîte aux lettres étant la petite porte d'entrée des foyers français.    

TC Transcontinental, le « dernier grand imprimeur » canadien, fait le pari de la diversification vers l'emballage

La société québécoise TC Transcontinental, spécialisée dans l'impression, la distribution, l'édition et les solutions de communication marketing, connait la croissance dans un secteur pourtant globalement en berne, comme en témoignent les résultats financiers du premier trimestre 2016 parus sur le site de la société. Cette dernière justifie ainsi d'une augmentation du chiffre d'affaire de +1,9%  par rapport au premier trimestre 2015 et d'une hausse de sa rentabilité.

D'après l'hebdomadaire économique Les Affaires, l'évolution du « dernier grand imprimeur  » canadien tient notamment à la rationalisation et à la consolidation de ses activités ainsi qu'à l'acquisition de Quad/Graphics Canada qui lui a permis d'obtenir de nouveaux contrats d'impression (le Toronto Star ou encore les formulaires de recensement du Canada évoqués sur le site de la société).

Depuis deux ans, TC Transcontinental a également fait le pari de la diversification vers les produits d'emballage. En mars 2014, elle a fait l'acquisition de Capri Packaging, pour 133 millions de dollars américains et, à l'automne 2016, celle d'Ultra Flex Packaging, pour 80 millions de dollars américains. 

Pour TC Transcontinental, l'emballage serait un « choix logique » dans la mesure où les procédés sont très semblables : « Ce sont des machines que nous connaissons. En fait, on déroule un rouleau de plastique plutôt qu'un rouleau de papier. Que tu visites une usine d'impression de papier ou une usine d'emballage flexible, les étapes de production sont les mêmes ».

D'ailleurs, sur son site, la société québécoise persiste et signe : « Nous maintiendrons notre approche disciplinée d'acquisitions dans ce marché prometteur afin d'investir dans des actifs de qualité qui répondent à nos critères stratégiques », une décision approuvée par Robert Bek de la banque CIBC, qui affirme dans les colonnes de l'hebdomadaire que « l'emballage est une bonne voie pour se réinventer [...], les revenus y sont en croissance ». 
 

Février 2016

Le papier dans tous ses états

Quoiqu'on en dise, et malgré une dématérialisation galopante, le papier n'est pas mort. Il est même à la mode ! On en veut pour preuve la magnifique vitrine réalisée par une agence de création argentine pour la prestigieuse marque Hermès : un décor onirique et chamarré, tout de papier. 

S'il est objet de luxe, le papier est également à la portée de toutes les mains. D'après le média Terrafemina, l'origami est sans conteste l'activité « feel good » de l’année, une tendance qui se confirme alors que WWF Hongrie part en campagne avec Paper World, un petit film d'animation fait d'origamis et qui a déjà remporté plusieurs prix. 

Le papier se fait aussi design chez Agent Paper, où les licornes 3D côtoient les cahiers vintage, et chez Papier Tigre qui, depuis 2012, séduit Paris et Berlin avec des formes épurées et ludiques. 

La culture n'est pas en reste. A Echirolles, le musée Géo Charles présente ainsi Cent papiers, une exposition d’art contemporain où plus de 80 artistes déclinent le papier sous toutes ses formes. Au musée des Arts Décoratifs de Paris, et jusqu'au 21 juin 2016, c'est le papier peint qui se célèbre. L'exposition Faire le mur. 4 siècles de papiers peints retrace, en six étapes, l'évolution du plus populaire des papiers. Enfin, dans l'Aude, il est possible de visiter le moulin de Brousses-et-Villaret, dédié à la fabrication de papier à l'ancienne (chiffon, lin, chanvre ou coton).

Les beaux jours du livre numérique sont-ils derrière lui ?

D’après l’étude menée par GfK et relayée par IDBOOX, le livre papier demeure, en 2015, le premier bien culturel vendu en France. Avec le livre numérique, ils constituent quasiment la moitié des achats culturels des Français. Le livre numérique a d'ailleurs vu ses ventes augmenter de 30% par rapport à 2014 (contre 45% l'an dernier) : 10,7 millions de livres numériques ont ainsi été téléchargés par environ 1 million de personnes.  

Un essoufflement des ventes aux Etats-Unis et, dans une moindre mesure, en France

Pourtant, aux Etats-Unis, l’Association of American Publishers (l’association des éditeurs américains) constate une nette baisse des ventes d’ebooks pour l’année 2015 (-11,1%), tandis que la vente des livres papiers a, elle, progressé de 12,3%. 

Cet essoufflement préfigure-t-il un fléchissement futur sur le Vieux Continent ? Rappelons qu'en 2014, les ventes d’ebooks représentaient 20% du marché du livre aux Etats-Unis contre seulement 1,6% en France, où les ventes augmentent, certes, mais déjà moins que l'an dernier.   

Si elle permet de brasser un public nouveau (comme les jeunes garçons), la lecture sur support digital interroge encore. Une enquête conduite au Royaume-Uni auprès de 1 511 parents a révélé que 76% d’entre eux pensaient que leurs enfants (0-8 ans) préféraient lire sur papier pour le plaisir (contre 69% pour le scolaire). 

« Il faut dire que seuls 8 % des parents n'avaient aucune inquiétude à laisser leurs enfants lire sur support numérique. Parmi les raisons évoquées, la prolongation d'exposition aux écrans, la perte d'intérêt pour les livres papiers, le risque d'exposition à du contenu inapproprié ou à de la publicité, qui viendrait nuire à la concentration. »

Les parents et les étudiants demeurent très majoritairement attachés au papier

Naomi Baron, professeur de linguistique américaine, a, elle, interrogé plusieurs centaines d’étudiants à travers le monde au sujet de leur rapport à la lecture et au digital (lire l’article du Figaro.fr ici). Quelques 92% d’entre eux ont déclaré préférer le papier pour leurs lectures « sérieuses ». 

« “Il y a vraiment une composante physique, tactile, cinétique, à la lecture“, explique Naomi Baron dans une interview au magazine américain New Republic. “Lorsque j’ai demandé ce que les étudiants slovaques appréciaient tant dans la lecture sur papier, un jeune sur dix a évoqué l’odeur des livres“. »

Mais le numérique peut surgir là où on ne l'attend pas. Le format particulier de la bande dessinée, qui trouve si bien sa place dans l’étagère, ses couleurs raffinées, sa déclinaison en plusieurs volumes, une véritable invite à la collectionnite, sont autant d’attributs qui la confondent, de prime abord, avec son support traditionnel. Et pourtant, elle se réinvente.

Un article fourni de La Libre retrace la vaste réflexion qui entoure la bande dessinée numérique depuis les années 1990, les essais, fructueux (ou non) et les néologismes, comme "turbomédia" et "webtoons", qui s’y attachent. Car la bande dessinée numérique n’est pas une simple transposition sur l’écran de la bande dessinée papier, mais une quête obstinée d'harmonie entre le fond et la forme : « Idéalement, [elle] exploite la fluidité de la lecture en ligne et dispose d’une narration spécifique ».

Le renouveau de la bande dessinée par le numérique

Si le segment ne représente encore qu’1% du marché en France (d’après le rapport de l’Association des critiques et journalistes de bandes dessinées, disponible ici), la bande dessinée numérique rencontrerait un certain succès aux Etats-Unis (avec une croissance à deux chiffres en 2014) et susciterait même un véritable engouement en Corée du Sud, où « un Coréen sur trois lit quotidiennement des webtoons ».

Le site ActuaLitté a interviewé l’auteure de BD ClemKle au sujet du turbomédia et elle se montre très enthousiaste : « L’appel du turbomédia est irrésistible. C’est un art tout nouveau, les codes restent à inventer ; une vraie aventure ! », affirmant même qu’elle préférera toujours une bande dessinée numérique à sa version papier. L’élan des auteurs semble peu à peu trouver son public, mais aussi ses investisseurs, ainsi de la Fnac qui a investi, en ce début d’année, dans la librairie en ligne Izneo, spécialisée dans les BD, comics et mangas numériques. 

Si le numérique ne balaie pas, tel un ouragan, toute production papetière sur son passage, comme il a pu être prédit, il semble néanmoins élargir l'horizon des auteurs et des lecteurs, en réinventant et démultipliant les modes de narration, ce qui rappelle le mot de Michel Reilhac (ancien directeur d'Arte France Cinéma), intervenu dans l'émission de France Culture l'Alphabet numérique, à propos du Transmédia :« [il] donne au spectateur l’entrée dans un monde narratif, par plusieurs portes ».

Où en est-on de la "Mangalisation" ?

En ce début d'année, MangaMag fait le point sur les modalités et les enjeux de la distribution de mangas en France, côté éditeurs et côté libraires, dans un article très étayé, « Distributions de mangas : comment ça marche ? » : « avec plus de 150 parutions chaque mois, la disponibilité des ouvrages de fond pose question et pour certains titres la disparition rapide de titres devient un vrai problème ». S'attardant sur la problématique des stocks, il revient sur la réactivité des imprimeurs : 

« En moyenne, le délai d’impression d’un ouvrage chez un imprimeur basé en France prend deux à trois semaines, mais il peut être réduit à dix-quinze jours en cas de besoin impérieux, et selon la disponibilité des machines. Si, à une époque, une réimpression ne se faisait pas en dessous de 3 à 4.000 exemplaires, aujourd’hui il est possible d’en faire à partir de 1.000 exemplaires, voir 700/800, en passant par des imprimeurs européens. »

Pour en savoir plus sur l'évolution du marché du manga en France depuis les années 1990, lire absolument l'article de Simon Rocchia paru sur le site Monde du Livre. Si l'année 2005, "année de la mangalisation" pour Gilles Ratier, avait vu le nombre de mangas édités dépasser celui des bandes dessinées traditionnelles,  en 2013, le manga représentait 39,9% des nouveautés BD de l'année (1575 titres pour 41 éditeurs), mais voyait son chiffre d'affaire baisser de 8,5%.

Bien que la pop culture asiatique soit désormais solidement enracinée en France - deuxième pays consommateur de mangas après le Japon - et que les titres les plus vendeurs drainent régulièrement des centaines de milliers de lecteurs, le manga peine à attirer de nouveaux lecteurs et les poids lourds du secteur (Naruto, One Piece) commencent même à en perdre.

Face à la baisse régulière des ventes, l'auteur formule une recommandation notable : « l’enjeu principal des années à venir serait de stabiliser le marché par le recrutement de nouveaux lecteurs, via le développement d’un discours adapté et la mise en place de formats éditoriaux diversifiés » ainsi qu'un « élargissement de l’assise des éditeurs, afin de réduire leur dépendance aux best-sellers ».

Décembre 2015

  • La lettre économique n°37 est en ligne ! Retrouvez tous les principaux indicateurs de la filière pour les 10 premiers mois 2015. A lire également, l'interview de Laure Ricote, directrice de l’agence Addictic spécialisée en communication digitale, qui fait le point sur son activité et les relations qu’entretiennent les imprimeurs avec le numérique. Télécharger la Lettre économique n°37

 

  • "Depuis des années, la presse se pose la question de son adaptation au monde numérique. Certains ont fait le choix du gratuit, d’autres développent des formules d’abonnement, l’ensemble donne l’impression d’avancer encore à tâtons. Certaines tentatives ont-elles néanmoins fait leurs preuves ?" Pour en savoir plus écouter sur franceculture.fr "La presse a t-elle enfin trouver son modèle en ligne ?"

Novembre 2015

 



Octobre 2015

  • L'édition 2015 du rapport Regards sur les marchés de la Communication Graphique est en ligne ! Ce rapport, par la mise en évidence des résultats clés 2014 des différents marchés de la filière, participe à cerner les enjeux et les perspectives pour les années à venir. Nous vous en souhaitons une très bonne lecture.

Septembre 2015


  • BpiFrance relance une usine de papier ! "Bpifrance investit 15 millions d’euros pour 45% du capital de la nouvelle société, qui ambitionne de transformer du vieux papier en pâte à papier pour mouchoirs et cartons." Pour en savoir plus lire lefigagaro.fr "Bpifrance relance une usine de papier"


Août 2015

 



  • Marché de l'emballage : la concentration est de plus en plus importante. Entre 2012 et 2014, le secteur a vu doubler les opérations de fusion-acquisition. Cette dynamique est particulièrement importante pour les emballages plastiques. A lire sur les Echos "La concentration s'accélère sur le marché de l'emballage".

  • Presse numérique : les compagnies aériennes développent des offres complémentaires à la presse papier. En 2013, Air France a été la première compagnie aérienne au monde à proposer à ses clients de télécharger journaux et magazines directement sur tablette ou smartphone. De nombreuses compagnies se tournent à présent vers cette alternative. Plus de détails sur le Figaro.fr : "La presse numérique prend place dans les avions".


 Juillet 2015

  • La Lettre Economique n°36 de juillet est maintenant disponible ! Retrouvez tous les principaux indicateurs de la filière pour le premier trimestre 2015. A lire également, des éclairages sur les recettes publicitaires dans l'imprimé ainsi qu'un focus sur le marché du livre en 2014. Télécharger la Lettre Economique n°36.

 

  • Les chiffres clés du secteur de l'édition pour l'année 2014 sont maintenant disponibles : publiés par le Syndicat National de l'Edition, ils permettent un tour d'horizon des principales tendances sur le marché du livre. A télécharger sur le site du SNE : "Les chiffres clés de l'édition - juin 2015"


  • Le défi de la flexibilité pour les producteurs d'emballages. La courbe de vie des produits ne cesse de s'accélérer, et le marché de l'emballage reste dynamique. Toutefois, il doit s'adapter à une demande de flexibilité croissante des producteurs.  Outillage plus léger, changements de formats facilités, automatisation et robotisation font partie des solutions... A lire sur le site d'Agro-media : "Une flexibilité toujours plus importante pour les machines d'emballage".

 

Juin 2015

  • Le papier connecté, une solution pour enrayer en partie la chute des dépenses publicitaires dans la presse écrite? ADSP cherche à développer en France un papier équipé de puces NFC sans batterie qui, scannées par un smartphone, donnerait accès à des contenus multimédias. Une innovation qui pourrait permettre de relancer les investissements publicitaires dans la presse quotidienne et magazine. Pour en savoir plus, lire sur lexpansion.lexpress.fr : "Médias: avec le papier connecté, ADSP espère ramener les annonceurs vers la presse"

  • Les labels et les certifications dans l'imprimerie, des solutions pour entrer dans une démarche vertueuse de production. Malgré une conjoncture économique tendue et un changement des comportements lié à la prise de conscience écologique et au progrès numérique, le marché de l’impression a su se remettre en question et évoluer. Des certifications ont notamment été mises en place et attestent du respect de certaines normes, environnementales et/ou qualitatives. Elles ont ainsi totalement changé le secteur qui jouissait d’une image de pollueur. Détails et explications sur ces labels et certifications sur lenouveleconomiste.fr : "Labels et certifications dans l'imprimerie, le respect de l'étiquette"

  • Les cartes postales réinventées grâce à la réalité augmentée : en lançant le projet "Les Aventures du Petit train postal", la designer Julie Stephen Chheng propose de créer ses propres cartes qui donnent ensuite accès une animation sur smartphone. Pour en savoir plus, lire sur Graphiline "Innovation - Les cartes postules réinventées"

     

Mai 2015

  • La Lettre Economique n°35 est disponible en ligne ! Retrouvez l'interview de Jessie Gelly, Directrice commerciale et Stéphane Gelly, Directeur du développement et de l’innovation, qui nous présentent la stratégie de cette imprimerie familiale qui a su diversifier son activité. Mais aussi tous les principaux indicateurs de la filière pour le premier trimestre 2015. Pour en savoir plus lire la Lettre Economique n°35

  • Selon l’IREP, les recettes publicitaires des médias diminuent de 2,9% au 1er trimestre 2015. Cette baisse est toutefois moins importante que celle connue au premier trimestre 2014, notamment du fait de l’augmentation des recettes publicitaires de la télévision. En revanche, les recettes des médias  historiques baissent de 2,2%.  Ce rapport est disponible sur le site de l’IREP : « La situation du marché publicitaire au premier trimestre 2015 ».

  •  La publicité programmatique, une révolution en marche ! La personnalisation du message publicitaire selon les caractéristiques de l’utilisateur, rendues possibles par les informations laissées sur Internet, quant au comportement de navigation et d’achat, est de plus en plus valorisée par les annonceurs. Pour en savoir plus, lire sur lesechos.fr : « Publicité programmatique : d’hier à demain, les enjeux restent colossaux »



  • Le 21 mai dernier, le Parlement a adopté un amendement lors des discussions relatives à la loi sur la transition énergétique qui demande aux services de l'Etat et aux collectivités de s'engager à diminuer leur consommation de papier d'ici à 2015. " A travers deux communiqués, l'Union nationale des industries de l'impression et de la communication (l'Unic) et le Mouvement de l'intersecteur papier cartion (le Mip) associé à la Fédération des entreprises du recyclage (la Federec) dénoncent et déplorent cette disposition". Pour en savoir plus, lire sur graphiline.com «Toute la filière monte au front contre le nouvel amendement».


Avril 2015

  • Les ventes de cartes papier augmentent en Angleterre en 2014 ! "Au cours des dix dernières années, Ordnance Survey (OS), le service cartographique du Royaume-Uni, a vu ses ventes de cartes papier chuter. Pourtant, cette tendance vient de s'inverser : les ventes de l'année en 2014 ont augmenté de 3 % et laissent présager une hausse de 7% pour l'année fiscale 2014-2015." Dans le même temps, on constate un point d'inflexion en France en 2014. Ce changement dans le comportement des acheteurs semble s'expliquer par l'acquisition de carte pour le sports et les vacances (randonnées, trekking...) , un manque de fiabilité des appareils électroniques les cartes jouent donc un rôle de soutient essentiel. Pour en savoir plus lire sur graphiline.fr "Les ventes de cartes papier en hausse, une première depuis 10 ans"

  • "Pour la première fois en France, les investissements publicitaires sur le numérique ont dépassé ceux de la presse papier" ce changement amène l'ensemble des titres de presse à trouver de nouveaux relais de croissance. Pour en savoir plus lire sur lesechos.fr  "Comment la presse peut transformer son business model"

  • Leclerc annonce sa révolution numérique ! Pour rester concurrentiel face à Amazone " [...] Leclerc mise lui aussi à devenir un géant du numérique. "Il faut faire un grand portail internet" a annoncé le PDG du groupe français qui se donne les moyens financiers pour le faire : pas moins d'un milliard d'euros devraient être investis dans les trois années à venir, dont la moitié dans la logistique". Pour en savoir plus lire sur journaldeleconomie.fr "Leclerc développe le numérique pour concurrencer Amazon"


Mars 2015


  • Selon France Pub, la baisse des dépenses de communication des annonceurs ralentit. En 2014, elles représentent 29,6 milliards et sont en baisse de 1,6% au global. Dans le détail, elles diminuent de 8,1% pour la presse, -5,8% pour les annuaires, -5% pour le marketing direct, l'affichage est en hausse de 0,8%. Pour en savoir plus lire le communiqué de presse IREP - France PUB

  • Il est désormais possible d'imprimer de la lumière sur du papier ! Cette encre développée par l'entreprise américaine Rohinni "est composée de micro-LEDs organiques bien plus fines que celles que l'on retrouve actuellement dans les écrans OLED". Pour en savoir plus lire sur les numériques.com "Lightpaper : une feuille en guise de lampe"

Février 2015

  • Retrouvez l'interview de Sylvie Depeyroux, Directrice Générale Adjointe et Erwan Lelostec, Responsable Recherche et Développement de Maqprint, qui nous présentent le positionnement de leur entreprise installée à Saint-Junien (87) dans la Lettre économique n°34.


  • Le catalogue fait son retour aux Etats-Unis ! D'après la Direct Marketing Association le marché du catalogue a progressé en 2013 pour atteindre 11,9 milliards de dollars. De nombreux faits expliquent cette tendance: les catalogues offrent une visibilité de la marque sur le long terme, amènent davantage de clients à effectuer des achats en ligne, l'exploitation des données permet de faire plusieurs versions pour les différents segments de clientèle... Pour en savoir plus lire sur hbr.org "Why the Print Catalog Is Back in Style"

  • Le livre numérique semble progresser en Espagne. Selon la Federación de Gremios de Editores de España, "23 % des livres publiés dans le pays sont des ebooks, et le chiffre d'affaires a augmenté de 8 %, atteignant 80,26 millions €". A l'inverse les ventes de livres papier recul de 9,7 %, selon le cabinet Mintel cette tendance s'explique par "un prix de vente [des ebooks] plus bas que celui des ouvrages papier". Pour en savoir plus lire sur Actuallité.fr "Édition en Espagne : croissance de l'ebook, mais le papier dégringole"


Janvier 2015

  • Les attentats qui ont touchés la France début janvier ont mis les imprimeurs de presse quotidienne à rude épreuve. "Libération a quintuplé ses ventes, tandis que les Échos et le Figaro ont vendu deux fois plus que d'habitude. Le Parisien/Aujourd'hui en France affiche une hausse de +50%, Ouest-France de +36%, et l'Équipe de +34%, selon le SPQN." Cette augmentation brutale des ventes n'est pas sans poser des difficultés logistiques d'approvisionnement en papier, d'organisation interne et de distribution. Pour en savoir plus lire bfmbusiness.bfmtv.com "Charlie Hebdo a mis les imprimeurs de presse à rude épreuve"


Décembre 2014

  • Selon les données collectées auprès de 1209 éditeurs par l'Association of American Publishers, "les chiffres de vente de livres aux États-Unis sur les neuf premiers mois de l'année 2014 montrent une progression de 4,9 % au global [...] Pour un chiffre d'affaires de 12,1 milliards $". Pour en savoir plus lire sur livrehebdo.fr "L'édition américaine se défend : vente de livres en croissance de 9,4 %"

  • "En octobre 2014, 1 visite sur 3 (31,7%) d’un titre de la presse online française a été effectuée depuis un smartphone, et 11,2% depuis une tablette" et 57,1% depuis un ordinateur selon une étude d’AT Internet. Selon l'étude, "les visites réalisées depuis une tablette sont plus enclines à aller au delà de la 1ère page vue: un taux de rebond inferieur de 8 points à celui du smartphone et de 7 points à celui de l'ordinateur". Pour en savoir plus lire sur offremedia.com  "Presse Online Les devices plébiscités: smartphone, tablette ou ordinateur" 

  • Selon Xerfi, "les dépenses dans la publicité sur le lieu de vente (PLV) devraient progresser pour se rapprocher de 1,15 milliard d’euros, soit +1% en 2014 par rapport à 2013". Pour en savoir plus lire sur offremedia.com "Xerfi prévoit une croissance de la PLV multicanale" 


Novembre 2014

  • Les ventes de livres en ligne résistent selon les prévisions de croissance pour Noël de la Fevad. Elles se maintiennent mieux que les autres biens culturels. Pour en savoir plus lire sur livrehebdo.fr  "Les ventes de livres sur Internet résistent"

  • La sérigraphie pour imprimer des circuits électroniques complexes! "La technique d’impression innovante développée par l’équipe du professeur Joseph Chang, à la Nanyang Technological University (NTU) de Singapour pourrait rendre possible la production de masse ou la fabrication à la demande de circuits électroniques complexes, flexibles et bon marché." Pour en savoir plus lire sur futura-sciences.com "Une imprimante à T-shirts fabrique des circuits électroniques complexes"

  • Le mailing papier reste pertinent dans l'ère du tout numérique! Les communicants utilisent toujours le papier, "les entreprises investissent encore dans le papier qui a rapporté plus de 12,5 milliards d’euros en 2013, selon France Pub". C'est un média puissant, "99% des Français possèdent une boîte aux lettres, et 90% d’entre eux la consulte tous les jours". De plus, "l’empreinte carbone d’un courriel est 15 fois plus importante que celle générée par un courrier en papier, compte tenu du cycle de vie des équipements électroniques". Pour en savoir plus lire sur lenouveleconomiste.fr "Le mailing papier entre dans l’ère du tout-connecté"

  • Un livre vendu sur quatre en France concerne la Jeunesse ! "C'est un segment essentiel du marché du livre: 561 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013, soit 17% de la valeur totale du marché du livre, et 74 millions de volume vendus, soit près de 25% de l'ensemble des volumes du marché, précise l'étude Gfk." Pour en savoir plus lefigaro.fr "Un livre vendu sur quatre est dédié à la jeunesse"

Octobre 2014

  • Retrouvez l'interview de Jean-Christophe Iafrate, Président et Directeur de création de l’agence Futurama, spécialisée dans le conseil en stratégie et la conception de campagnes de communication cross-média et une synthèse de l'étude réalisée par le cabinet Markess sur le Big Data dans la Lettre économique d'octobre.

  • Inotec lance une étiquette anti-contrefaçon ! "Spécialisé dans les solutions d’identification et la traçabilité, Inotec lance son étiquette [...] Diosafe, elle est destinée à fonctionner en liaison avec une base de données que l’on peut interroger à distance grâce à un smartphone. En savoir plus sur emballagesmagazine.com "Inotec lance une étiquette anti-contrefaçon"

  • Le gouvernement prévoit ″de supprimer l’envoi à domicile de la propagande électorale sous format papier pour les élections régionales, départementales et des assemblées de Guyane et de Martinique qui seront organisées au cours de l’année 2015″. En savoir plus sur graphiline.fr "Élections - La fin des envois papier ?"

  • Le monde lance une nouvelle formule qui s'accompagne d'un nouveau système éditorial ! "Les pertes du groupe seraient pour 2014 de l’ordre de 2 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 367 millions d’euros". En savoir plus sur lesechos.fr  « Le Monde » : un lifting pour retrouver la rentabilité

  • Le projet de structure dédiée à la formation aux métiers de l'impression, Pack en Seine, rejoint Ligépack au Mans ! Lors de l'annonce officielle du projet en octobre 2013, c'est la ville de Saint-Fargeau-Ponthierry (Seine-et-Marne) qui avait été retenue mais finalement le projet verra le jour dans la Sarthe. En savoir plus sur emballagesmagazine.com "Pack-en-Seine dans la... Sarthe"

Septembre 2014

  • La Lettre Economique de septembre est en ligne! Retrouvez l'interview de Philip Bosshard, directeur de l’imprimerie Bosshard installée à Mougins (06), qui nous présente les projets de son entreprise récemment équipée d’une imprimante 3D. Lire laLettre Eco n°31 du mois de septembre 2014

  • La dernière étude d'AudiPresse est disponible ! "En dépit de mauvais chiffres globaux de diffusion en France, notamment depuis le début de l'année, l'audience des journaux et périodiques reste miraculeusement presque stable entre l'année 2013 et les douze mois séparant juillet 2013 de juin 2014." En savoir plus sur lesechos.fr "La presse baisse en diffusion, mais pas en audience"
     




Août 2014


  • Selon une étude de RnR Market Research l'édition numérique devrait peser 42 milliards d'euros à fin 2014 en Chine. "Entre 2002 et 2012, le secteur de l'édition numérique aurait ainsi connu une hausse de 61,6 %", cet incroyable développement est renforcé par la popularité grandissante des Smartphones. Pour en savoir plus lire sur actuallité.fr "Chine : L'édition numérique pèsera pour 42 milliards € fin 2014"


Juillet 2014

  • En 2013 aux Etats-Unis, la vente de livres en ligne dépasse la vente en librairie ! Selon le selon le rapport annuel BookStats, "l’industrie du livre aux Etats-Unis a franchi un cap en 2013, où les revenus nets des éditeurs américains dans le commerce de détail ont été produits pour 7,54 milliards de dollars par les ventes de livres en ligne, contre seulement 7,12 milliards par les ventes dans le réseau physique des librairies et autres points de vente en dur." Pour en savoir plus lire sur livrehebdo.fr "La vente sur Internet dépasse la vente en librairie"


  • Le courrier publicitaire est toujours efficace pour séduire les consommateurs ! L'audience du média courrier est stable autour de 96 % de lecteurs sur une semaine moyenne, "les différentes formes de courrier publicitaire continuent de bénéficier d’une image particulièrement favorable auprès des consommateurs et restent davantage lues que l’e-mail". Le courrier est un média complémentaire avec le digital, "l’enjeu est de bien associer les différents canaux et de créer ainsi des combinaisons intelligentes de points de contact pour utiliser les media selon leurs spécificités et selon les objectifs recherchés". Pour en savoir plus lire sur marketing-professionnel.fr "Le courrier papier est toujours efficace !"

  • La Lettre Economique n°30 est en ligne! Retrouvez l'interview d' Olivier Laulan, Président Directeur Général et de Michel Jouanneau Directeur administratif et financier de l’Imprimerie Laulan qui nous présentent le positionnement de cette imprimerie d’étiquettes.  Mais aussi, l'analyse des dépenses locales de publicité des régions Champagne-Ardenne et Franche-Comté, ainsi que tous les principaux indicateurs de la filière pour le premier semestre 2014. Lire la Lettre Eco n°30 du mois de Juillet 2014


Juin 2014

  • Les aides à la presse sont recentrées sur les titres généralistes. Cette réforme concerne le "fonds stratégique pour le développement de la presse" qui a distribué en 2013 près de 21 millions d'euros à une centaine de titres. "Les aides du fonds seront réservées aux publications numériques et sur papier d'information politique et générale à partir de 2016, alors que la presse spécialisée ne pourra en bénéficier que jusqu'en 2015." Pour en savoir plus lire sur challenges.fr "Des aides à la presse recentrées sur les titres généralistes"


  • La production française de pâtes à papier a reculé de 6,4% en 2013. Paul-Antoine Lacour, délégué général de Copacel (union française des industries des cartons, papiers, et celluloses) explique que cette baisse est en grande partie du au "recul de l’activité de pâtes thermomécaniques qui est lui-même la conséquence de la baisse de la consommation de pâtes utilisées pour la fabrication de papiers graphiques". Pour 2014 il envisage  "une croissance de la consommation dans les domaines de l’emballage, de l’hygiène et des papiers spéciaux", mais une "poursuite du repli de la consommation de papiers graphiques, avec une baisse plus forte dans les papiers de presse (magazines, publicité) que dans les papiers bureautiques". Pour en savoir plus lire sur usinenouvelle.com "La part du papier diminue mécaniquement"

  • "D'après les premières estimations de la CEPI, le taux de recyclage du papier en Europe est de 71,7% en 2013, un seuil élevé qu'il sera difficile de dépasser." Ce taux est plutôt stable par rapport à 2012, cependant il est "de plus en plus difficile de rester à un taux élevé, non seulement à cause de la baisse des volumes de papier, mais aussi à cause de la répartition des types de papier". En effet, d'après la CEPI "la baisse continuelle de la presse affectera de façon significative les niveaux de recyclage, le journal étant le papier le plus recyclé avec les cartons ondulés". Pour en savoir plus lire sur graphiline.com "71,7% du papier est recyclé en Europe, un taux presque maximal"


Mai 2014

  • "Publicis Groupe et Facebook ont conclu un accord de marketing numérique pluriannuel d'un montant de plusieurs centaines de millions de dollars" il est notamment prévu dans le contrat que "Publicis aura accès aux données des utilisateurs de Facebook, ce qui lui permettra de mesurer l'efficacité des publicités". Pour en savoir plus lire sur challenges.fr "Marketing numérique: Publicis et Facebook signent un gros contrat"

  • L'emballage en carton se développe pour les conserves. "Grâce à sa forme rectangulaire, Tetra Recart est beaucoup plus pratique à transporter, à ranger et à utiliser que la conserve en métal ou le bocal en verre. Plus léger de 60 à 70%, il est plus facile à ouvrir, sans risque de se blesser, et permet de gagner 30 à 40 % de surface en linéaire [...]." Pour en savoir plus lire sur graphiline.com "La conserve en carton gagne du terrain sur la conserve en métal"

Avril 2014

  • La lettre économique n°29 est en ligne! Retrouvez toutes les dernières tendances des marchés des Industrie graphiques. Pour la lire Lettre économique avril 2014

  • Il existe désormais un papier pile ! "Les livres, les affiches, les emballages... tous les papiers imprimés pourraient entrer dans une nouvelle ère en devenant lumière, télécommande, écran... et sans avoir besoin ni de pile ni d’alimentation externe." Pour en savoir plus lire sur graphiline.com "Une invention lumineuse : le "papier-pile""

  • Les "usines des pays développés ne peuvent évidement pas rivaliser avec les prix des usines installées dans les économies émergentes". Cependant, "les entreprises habiles comprennent qu'il existe d'autres moyens par lesquels elles peuvent créer de la valeur pour leurs clients". Ces usines développent de la valeur ajoutée sur leur chaîne d'approvisionnement et utilisent d'autres leviers d'action que la qualité et le prix. Pour en savoir plus lire sur graphiline.com "Les solutions de l’industrie graphique européenne"

  • "Les recettes des médias d'information américains ont chuté d'environ un tiers depuis 2006 avec la transition vers le numérique." Les revenus seraient de 63-65 milliards de dollars, selon les données 2012-2013 contre 94-95 milliards en 2006. Pour en savoir plus lire sur lexpansion.lexpress.fr "Etats-Unis: les recettes des médias d'information en chute libre"

  • Auparavant il "suffisait de s'équiper de presses et de matériel ultramoderne pour réponse à des clients", aujourd'hui les imprimeries ont désormais, comme toutes les entreprises, besoin de définir une stratégie. "Le plan stratégique qui en découle va définir une orientation à chacune des activités de l'imprimerie". Pour en savoir plus lire sur graphiline.com "Une imprimerie a-t-elle besoin d’une stratégie?"


Mars 2014

  • Le chiffre d'affaire du livre numérique reste faible "avec une part de 1,1% du chiffre d'affaires de l'édition grand public, [...] mais il bouscule comme un grand les pratiques des lecteurs, des éditeurs, "pure players" ou traditionnels, et dope la créativité des auteurs." Pour en savoir plus lire sur challenges.fr "Economie du livre: ce que change le numérique"

  • Les étiquettes prennent du volume! Les fabricants d'étiquettes sont de plus en plus à la recherche d'effet 3D pour répondre à la demande de leurs clients. C’est désormais possible grâce à de nombreuses techniques et technologies qui se développent. Pour en savoir plus lire sur lavigne-mag "L’étiquette entre dans la troisième dimension"


  • L'IDEP était présent lors de la conférence du CCFI du 4 Mars 2014 "Pourquoi achetons de l’impression à l’étranger" afin de présenter les principaux chiffres du commerce exterieur. Retrouvez dès maintenant le support de présentation de l'IDEP "Le commerce exterieur des imprimés: données de cadrages".


Février 2014

  • La Lettre Economique n°28 est en ligne! Retrouvez l'interview de Frédéric Lenoir, PDG de l’Imprimerie Coopérative Ouvrière (ICO) à Dijon, mais aussi l'analyse des dépenses locales de publicité des régions Alsace et Aquitaine. Ainsi que tous les principaux indicateurs de la filière pour l'année 2013. Lire la Lettre Eco n°28 du mois de Février 2014

  • Les pure players français d’information se penchent de plus en plus vers le papier! En effet, les pure players traversent actuellement une crise et n'arrivent pas pérenniser leur modèle, dans ce contexte la complémentarité avec un support papier bien pensé apparaît comme une des solutions envisagée. Pour en savoir plus lire sur lesechos.fr "Des pure players tentés par... le papier !"

  • Le taux de recyclage du papier en France est de 49% en 2013. Même si ce taux a progréssé "la France reste néanmoins à la traîne des pays européens, notamment par rapport à l’Allemagne (75%), au Royaume-Uni (69%) et à l’Espagne (64%)". Pour en savoir plus lire sur libération.fr "Le recyclage du papier progresse doucement en France"


  • Des chercheurs du Média Lab de la célèbre université du MIT travaillent sur « un livre connecté relié à un vêtement capable de restituer les émotions des personnages ainsi que l’ambiance ». Pour en savoir plus lire sur tomsguide.fr "Le livre connecté veut faire ressentir des émotions"

  • Suite à un mail envoyé par Décathlon à ses clients dans lequel l'entreprise met en avant sa contribution à la préservation de l'environnement pour justifier la limitation de l'usage du papier. Le président de Culture Papier réagit et adresse une lettre ouverte au Directeur Général de Décathlon pour "combattre les idées reçues sur le papier et l'imprimé publicitaire". Pour en savoir plus lire sur e-marketing.fr  "L'association Culture Papier interpelle Décathlon"

Janvier 2014

  • Découvrez la liste des 40 nominés de la 10ème nuit des trophées de l’imprimerie française qui avait lieu le 29 janvier dernier. Pour en savoir plus lire sur graphiline.com "Les 12 trophées de l’imprimerie française"

  • Le gouvernement annonce l'harmonisation des taux de TVA de la presse en ligne et de la presse papier à partir de début février. Mais il risque d'être sanctionné par la Commission europénne, car "la directive européenne sur la TVA interdit d'aligner les deux taux, considérant la presse en ligne comme une prestation de service alors que les journaux papier sont à ses yeux une livraison de biens". Pour en savoir plus lire sur lesechos.fr "La TVA de la presse en ligne alignée sur celle des journaux papier"


  • Le texte de loi encadrant la vente en ligne de livres a été adopté par le Sénat. Cette proposition de loi interdit aux vendeurs en ligne de livres papiers notamment à Amazon, de cumuler la gratuité des frais de port et le rabais de 5 % sur le prix de vente fixé par l'éditeur. Pour en savoir plus lire sur le lemonde.fr "La loi « anti-Amazon » votée par le Parlement"


  • Le 3 janvier, le journal danois Berlingske Tidende fêtait ses 265 ans. Ce journal fait parti des 10 plus vieux journaux dans le monde publié en version papier. Pour en savoir plus lire sur courrierinternational.com "265 ans, ce n’est pas si vieux !"


Décembre 2013


  • Selon une estimation réalisée par une agence spécialisée dans le référencement sur Internet (l'agence VRDCI), les revenus publicitaires générés par Google en France dépassent 1,4 milliard d'euros. Pour en savoir plus lire sur lefigaro.fr "Plus d'un milliard d'euros de revenus pour Google en France"

  • La nouvelle Lettre Economique est en ligne, dans cette nouvelle édition de la Lettre Economique retrouvez l'interview de Robin Cathelineau, directeur de l'imprimerie Passion Graphic qui nous présente ses activités et projets pour cette entreprise en plein développement. Ainsi que l'analyse des dépenses locales de publicité de la région Poitou-Charente et tous les principaux indicateurs de la filière. Lire la Lettre Eco n°27 du mois de Décembre 2013


Novembre 2013

  • On observe un ralentissement de la vente d'ebooks aux USA et une modération du déclin des ventes de livres imprimés. "Pour le PDG de Perseus Book Group, David Steing, ces signes sont des révélateurs d'un facteur positif pour l'ensemble de la chaîne du livre, y compris les lecteurs." Pour en savoir plus lire sur Actuallite.fr "Déclin des ventes d'ebooks aux USA: une bénédiction mitigée"

  • D'après l'enquête d'Audipresse Premium 2013, la presse reste un support priviligié des cadres, dirigeants et foyers à hauts revenus. 98,8% de ces francais consomment au moins une marque de presse en print ou en digital. Le pourcentage de lecteurs Print reste stable avec 98,2% des personnes interrogées, mais 2013 est l'année qui marque fortement la tendance du Multi Reading: 60,7% des individus qui lisent un titre numérique, lisent aussi le même titre dans sa version papier. Pour en savoir plus lire sur Audipresse.fr "Tous les résultats de l'étude AudiPresse Premium 2013"

  • Selon Bertrand Morisset, commissaire général du Salon du Livre de Paris les livres plus luxueux "sont sans doute les livres anciens et les livres modernes de collection". Mais un livre ne doit pas forcement être rare pour être considéré comme luxueux, "dans le segment des beaux livres on retrouve d'autres types de publications qui ont tout pour faire partie de la catégorie des livres de luxe". Pour en savoir plus lire sur Boursorama.com "Les livres de luxe sont avant tout des objets de collection"

  • "Vingt-cinq des plus grands fabricants mondiaux de pâtes et papiers ont participé à la version 2013 de l’index environnemental du WWF sur le papier, révélant l’empreinte écologique de 40 catégories de produits." Les entreprises adhérentes à l’index environnemental 2013 fabriquent 14% des papiers et cartons mondiaux, 28% du papier à usage graphique, 29% du papier journal, 14% des produits d’hygiène,  6% du carton d’emballage et 14% de pâte à papier. Pour en savoir plus lire sur lsa-conso.fr  "25 fabricants de papiers s'engagent pour la transparence avec WWF"


  • Le site musical américain Pitchforkcrée en 1996, une référence dans le genre, se lance dans la presse papier avec un long format trimestriel. Lire sur Pitchfork.com "Introducing The Pitchfork Review"

 Octobre 2013

  • La Lettre Economique n° 26 est en ligne !  Retrouvez Régis Chevrinais, président de Quadrilaser qui nous présente ses projets pour cette photogravure rerprise en 2007. Ainsi que les analyses des dépenses locales de publicité pour les régions Bourgogne et Provence-Alpes-Côte d'Azur et tous les principaux indicateurs de la filière. Lire la Lettre Eco n°26 du mois d'Octobre 2013


Septembre 2013

  • La nouvelle Lettre Economique est en ligne ! Dans cette 25ème édition de la Lettre Economique retrouvez l'interview de Thierry Deparrois, directeur de site de l'imprimerie PND France et de Nicolas Coquery, Responsable QSE qui reviennent sur la mise en place de la norme ISO 14001 au sein de leur entreprise. Ainsi que les analyses des dépenses locales de publicité pour les régions Centre et Rhône-Alpes et tous les principaux indicateurs de la filière. Lire la Lettre Eco n°25 du mois de Septembre 2013


Août 2013

  • Pour la première fois, la télévision va perdre cette année son statut de média numéro un aux Etats-Unis au profit du numérique. Ce phénomène s'explique notamment par l'allongement du temps passé en ligne et l'augmentation de l'utilisation des appareils mobiles (Smartphones, tablettes...). Pour en savoir plus lire sur Lesechos.fr "Les supports numériques dépassent la télévision aux Etats-Unis"

  • Des milliardaires volent au secours de la presse américaine ! "Confrontés au défi de l'Internet qui érode leur lectorat et leurs bénéfices, la survie des journaux américains dépend de plus en plus de chevaliers blancs au portefeuille bien rempli". Pour en savoir plus lire sur Lexpress.fr  "Face au défi d'internet, des milliardaires au secours de la presse"

  • Selon le baromètre de Livre Hebdo, le livre résiste plutôt bien à la crise en 2013. Pour en savoir plus lire sur Lemonde.fr "Le livre résiste à la crise"

Juillet 2013

  • La Lettre Economique n°24 est en ligne! Retrouvez les analyses des dépenses locales de publicité pour les régions Midi-Pyrénées, Picardie, Haute et Basse-Normandie. Ainsi que les principaux indicateurs de la filière et les chiffres du commerce extérieur. Lire la Lettre Eco n°24 du mois de Juillet 2013

Mai 2013

  • La nouvelle Lettre Economique est en ligne ! Dans cette 23ème édition, retrouvez l'interview de Guillaume Bui, Président du groupe STDI-EMD, qui revient avec nous sur les résultats des projets (Certifications ISO, rationalisation, outils pour l’édition numérique…) engagés dans son entreprise ces dernières années. Ainsi que les analyses des dépenses locales de publicité pour les régions Pays de la Loire et Nord-Pas-de-Calais et tous les principaux indicateurs de la filière. Lire la Lettre Eco n°23 du mois d'Avril 2013

Avril 2013


  • "Le PowerCoat d'Arjowiggins, un support papier pour l'électronique imprimée". Ce nouveau support papier est un concept en fibres de cellulose qui permettra d'imprimer sur du papier déjà équipé de fonctions numériques et d'intégrer des éléments électroniques. Pour en savoir plus lire sur Graphiline.fr "Nouveau, un papier pour encre électronique"

  • L'impression 3D future révolution industrielle ? L'impression 3D permet la construction de divers objets en superposant des couches de matières les unes sur les autres. Le principe est généralement le même pour chaque machine mais il existe de multiples possibilités quant à la qualité de précision et les matériaux utilisés  (plastique, cire, céramique, acier, titane...). L'impression 3D soulève déjà de nombreuses questions sur ses usages industriels et domestiques futurs. Des questions à la fois juridiques (autour des règles de fabrication) et techniques (la possibilité de fabriquer sans créer d'outillage spécifique pour chaque objet change les règles du jeu de la création). Pour en savoir plus lire le dossier sur PCworld.fr  "Dossier : l'impression 3D, c'est du solide ?"

Mars 2013

  •  Les fabriquants de papier annoncent une augmentation des prix entre 2 et 8 %. Pour en savoir plus lire sur Graphiline.com "Temps gris pour le papier"

  • Un nouveau magazine pour la communication visuelle ! Le magazine Visible "destiné aux professionnels (architectes, responsables communication, professionnels de la signalétique…), aborde un grand nombre de thèmes comme le digital media ou les agences de publicité". Pour en savoir plus sur le magazine Visible lire sur Graphiline.com "Visible, le nouveau journal de la communication visuelle"

  • Le nombre de lecteurs de livres numériques a augmenté d'un point depuis septembre 2012. Selon le 3ème baromètre SOFIA/SNE/SGDL sur les usages du livre numérique en France, présenté lors des Assises du livre numérique du vendredi 22 mars, 15 % des personnes sondées ont lu en totalité ou en partie un livre numérique. Les lecteurs de livres numériques sont plus souvent masculins, jeunes et diplômés. Les principaux lieux et modes d’acquisition des livres numériques sont les sites d'opérateurs Internet (Amazon, Apple Store, Google books, etc.). Pour en savoir plus, lire la 3ème vague du Baromètre SOFIA/SNE/SGDL sur les usages du livre numérique

  •  L'agrément de l'éco-organisme Ecofolio est reconduit pour la période 2013-2016. Ecofolio est chargé d'organiser la collecte sélective et le recyclage des papiers, l'objectif fixé par le gouvernement étant de 60 % de recyclage des déchets de papiers à l'horizon 2018. Pour en savoir plus lire sur Net-Iris "Nouvel agrément pour EcoFolio pour la période 2013-2016"

  •  Les dépenses de communication des annonceurs représentent en 2012 31 milliards d'€ soit une baisse de -1,3 % par rapport à 2011. Le recul le plus net concerne principalement les cinq médias historiques (télévison -3,7 % , radio -1,1 %,  presse -7,4 %, affichage -2,1 % seul le cinéma enregistre une légère progression +1 %). La progression d'internet s'est ralentie mais reste largement positive +5,3 %. Pour en savoir plus lire le dossier France Pub Les dépenses des annonceurs en 2012 et les prévision pour 2013


  • Près de 90 % des communiquants interrogés dans le cadre de la 5ème édition du baromètre Communication & Entreprise/ Occurence déclarent qu'ils sont "confiants" concernant l'avenir du secteur de la communication d'entreprise. En revanche, 59% des annonceurs interrogés pensent que le budget dont ils disposeront pour 2013 sera en baisse par rapport à 2012. Pour en savoir plus lire le Baromètre Communication & Entreprise / Occurrence 5ème édition

  • La nouvelle Lettre Economique est en ligne ! Dans cette 22ème édition, retrouvez l'interview de Nicolas Cour, Directeur général d’Audipresse qui nous présente son organisme et les principaux résultats des études d’audience qu’il conduit, ainsi que tous les principaux indicateurs de la filière. Lire la Lettre Eco n°22 du mois de Février 2013

Janvier 2013


  •  La nouvelle Lettre Economique est en ligne ! Dans cette 21ème édition, retrouvez l'interview de Florence Maurice, repreneur de la SIRC, qui nous explique ses motivations et sa stratégie d'entreprise. Mais aussi les résultats de l'Observatoire de l'emballage 2012 ainsi que tous les principaux indicateurs de la filière. Lire la Lettre Eco n°21 du mois de décembre 2012